Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 23/09/2018 - 14:30 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes



 


Glossaire des peuples du Caucase
Dossier : "Caucase"


Par Aurore CHAIGNEAU
Le 01/03/2000

Les Montagnes du Caucase ont dans l'histoire été tant un lieu de passage qu'un lieu de refuge des peuples chassés par les invasions. Ainsi, le Caucase regroupe des peuples d'une extrême diversité. Quarante-trois langues sont parlées qui peuvent être regroupées en quatre zones.



On distingue en effet les langues caucasiques du nord-ouest (des Abkhazes, des Adyghéens, des Tcherkesses, des Kabardes...); celles du nord-centre (des Tchétchènes et des Ingouches...); les langues caucasiques du nord-est parlées au Daghestan (par les Lesghiens, les Avars...); enfin, au sud, le géorgien représente un quatrième groupe linguistique. Les découpages administratifs du début du siècle n'ont respecté aucune logique ethnique ou linguistique. Les déportations de nombreux peuples sous Staline, puis leur retour à la fin des années 50 ont encore complexifié leur répartition géographique Les données chiffrées sont issues du dernier recensement soviétique organisé en 1989.

CAUCASE OCCIDENTAL

ADYGHEENS (ou Adyghés)
Peuple de confession musulmane regroupé autour du cours moyen du Kouban dans la République des Adyghéens de la Fédération de Russie. 125 000 en 1989, on estime à 130 000 ceux vivant en Turquie où ils émigrèrent au XIXe s.

KABARDES
Ce peuple adyghéen a migré vers l'Est du Caucase, près du Kouban et s'est individualisé au XIVe siècle. Il fut converti à l'islam au XVIIIe s. BALKARS. Ce peuple appartient au groupe ethnique turc mais parle la même langue que les Tcherkesses. Il s'est installé dans la vallée de l'Elbrouz au XVIe siècle.
En 1921, les bolchéviks ont regroupé ces deux peuples dans une région autonome, tranformée en république autonome en 1936. Depuis 1992, existe la république de Kabardino-Balkarie sujet de la Fédération de Russie (12 300 km²) qui compte 754 000 habitants dont 250 000 Russes, 360 000 Kabardes et 71 000 Balkars.

TCHERKESSES
Peuple adyghéen . KARATCHAÏS. Peuple du groupe ethnique turc installé dans la vallée de l'Elbrouz depuis le XIVe siècle. En 1921, le pouvoir bolchévik a regroupé ces deux peuples dans une région autonome devenue république autonome en 1936, puis république de Karatchaevo-Tcherkessie sujet de la Fédération de Russie depuis 1992. D'une superficie actuelle de 14 100 km², ce territoire est peuplé de 415 000 personnes dont: 176 000 Russes, 129 000 Karatchaïs et 40 000 Tcherkesses. La population est musulmane de tradition sunnite.

OSSETES
Peuple indo-européen descendant des Alains, persanophones, venus d'Asie Centrale, les Ossètes se sont implantés le long du seul passage pratiquable à travers les montagnes du Caucase (le col de Darial). Divisés par la montagne, ils ont été, au sud, christianisés à l'initiative des Géorgiens et intégrés à leur territoire. Sur l'autre versant, au nord, les Kabardes les ont convertis à l'islam. Mais aujourd'hui, le peuple ossète est en majorité de tradition chrétienne orthodoxe. Une minorité se réclame de l'islam sunnite. Les frontières n'ayant pas été remises en cause après l'effondrement de l'URSS ce peuple reste divisé. En 1992, est apparue la république autonome d'Ossétie du Sud rassemblant les Ossètes de Géorgie (3900 km², 99 000 hab.) mais dont le statut n'a pas été aujourd'hui précisément défini. Les Ossètes du nord sont essentiellement regroupés dans la république autonome d'Ossétie du Nord-Alanie de la Fédération deRussie (8000 km²) qui compte 632 000 habitants dont 189 000 Russes et 335 000 Ossètes.


CAUCASE ORIENTAL

La république du Daghestan (50 300 km², 1 802 000 hab.) se distingue par sa très grande hétérogénéité (32 groupes ethno-linguistiques). Les langues parlées au Daghestan constituent le groupe caucasique du Nord-Est. Il peut se diviser en trois ensembles: l'avar (auquel on apparente le dido, l'andi...); le dargwak (langue des Darghines et langue des Laks); et le lesghien (où se regroupent les peuples lesghien, tabassaran, agoul, routoul, tsakhour, oudin...). La répartition ethnique de la république est la suivante: 496 000 Avars, 280 000 Darghines, 232 000 Koumyks, 204 000 Lesghiens, 166 000 Russes, 92 000 Laks, 78 000 Tabarassans, 75 000 Azéris, 58 000 Tchétchènes, 28 000 Nogaïs. Dans sa grande majorité, la population est de tradition musulmane sunnite.

Les TCHETCHENES et les INGOUCHES sont aussi nommés collectivement les Vaïnakhs. Les langues de ces deux peuples musulmans ont été différenciées artificiellement en 1934. En mars 1992, Djokhar Doudaev, au pouvoir à Grosny, a refusé l'adhésion de la Tchétchénie à la Fédération de Russie et proclamé son indépendance. Les Ingouches ont alors formé leur propre république, mais la frontière entre ces deux territoires n'est pas fixée et donne lieu à des incidents réguliers. Lors du recensement de 1989, la république de Tchetchéno-Ingouchie (19 000 km² 1 270 000 hbts) comprenait 785 000 Tchetchènes, 294000 Russes et 164 000 Ingouches.


TRANSCAUCASIE

ABKHAZES
Avant l'arrivée des Russes, les Abkhazes vivaient à l'écart des autres peuplades de la région, entre le Caucase et la Mer Noire. D'abord christianisés au IVe siècle, ils furent en partie islamisés par les Ottomans au XVIe siècle. Aujourd'hui, l'Abkhazie est une république autonome de la Géorgie (8 600 km²), composée majoritairement de Géorgiens, mais aussi de 105 000 Abkhazes et d'autant de Russes.

ADJARES
Peuple musulman situé au Sud-Ouest du territoire géorgien dans la république autonome d'Adjarie (3 000 km², 382 000 hab).

ARMENIENS
Ce peuple indo-européen envahit la région où il se situe aujourd'hui (sous l'Azerbaïdjan et la Géorgie) vers 600 av J.C.. Christianisée au IVe s, la population du pays appartient maintenant à l'Eglise arménienne dite "grégorienne". L'Arménie (29 800 km²) compte 3 305 000 millions d'habitants, mais il existe aussi une très importante diaspora dans les pays voisins et en occident. La moitié des Arméniens vit en fait à l'étranger (1 200 000 sur le continent américain, 500 000 en Russie et autant en Géorgie, en Syrie au Liban, en Iran, ect...).

GEORGIENS
On ne sait rien de l'histoire de la Géorgie jusqu'au VIe s avt J.C.. Dès le IVe s., la Géorgie a adopté le christianisme. Au début de VIIe s., l'Eglise géorgienne s'aligne sur les positions de Byzance. La langue géorgienne constitue un groupe linguistique à part entière. Le groupe principal se divise en trois sous-groupes: les Géorgiens proprement dits, les Mingréliens et les Lazes. Ces derniers, islamisés, vivent aujourd'hui en Turquie. En dehors de ce groupe, on trouve aussi des tribus proto-géorgiennes dans les hautes vallées du Caucase (les Svanes, les Khersours, les Pachavs, les Touchs...). Les Géorgiens sont de confession chrétienne orthodoxe.
L'Etat géorgien, situé au Sud-Ouest de la chaîne du Caucase, a une superficie de 69 700 km² pour une population de 5 401 000 habitants ( 3 787 000 Géorgiens, 437 000 Arméniens, 341 000 Russes, 308 000 Azéris, 164 000 Ossètes, 100 000 Grecs...).

AZERIS

Peuple turc qui se partage entre la république d'Azerbaïdjan et le nord-ouest de l'Iran (10 millions). La République d'Azerbaïdjan, indépendante depuis la chute de l'URSS, est l'une des seules anciennes républiques (avec le Kazakhstan) à avoir adopté une terminologie propre pour ses citoyens, indépendante de toute dimension ethnique: "azerbaïdjanais". Les azéris (6 770 000), en majorité chiites duodécimains, constituent l'ethnie principale d'Azerbaïdjan (7131 000 hbts). On trouve aussi un demi-million de Russes. Les Arméniens, très nombreux en 1989, ont fui le pays après les pogroms de Soumgaït (près de Bakou) au moment du déclenchement du conflit dans le Haut-Karabakh (4 400 km², 192 000 hab dont 80% d'Arméniens). Le nord de l'Azerbaïdjan est habité par quelques ethnies du Daghestan (des Avars, des Tates, des Lesghiens), au sud vivent les Talychs. On trouve également dans le Nakhitchevan (république autonome, 5500 km²) la quasi-totalité des Kurdes recensés en 1989.

 
 
Entre François et Radio Maryja: l’épiscopat polonais à l’épreuve de la sécularisation
Les visages de l’Église catholique en Pologne
La politique historique du parti Droit et Justice:
le retour du roman national
Émergence de la sous-culture «ultra» dans les stades bulgares
7 novembre 2017 à Saint-Pétersbourg: le centenaire invisible
Mobilités des Roms albanais et kosovars en Europe
Vies suspendues: l’exil des rescapés roms du Kosovo
La Moldavie, terre d’émigration
 
Imprimer
Envoyer cet article par mail
Contacter la rédaction
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2018 / ISSN 2102-6017