Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 16/08/2018 - 05:05 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes



 


La «belle montagne» - La ville de Montchegorsk (oblast de Mourmansk).
Reportage

Dossier : "Portrait du Nord de la Russie européenne"

Par Eric LE BOURHIS
Le 15/04/2010

Montchegorsk, 4e ville de l’oblast de Mourmansk avec près de 50.000 habitants, est située à 100 kilomètres au sud de Mourmansk… c’est-à-dire à 100 kilomètres au nord du cercle polaire et à 1.000 kilomètres au nord de Saint-Pétersbourg. Elle se trouve en effet sur l’autoroute M18 qui relie l’ancienne capitale à l’océan Arctique.



 
Montchegorsk une ville créée ex nihilo dans les années 1930, sur une presqu’île isolée du lac Imandra et au pied de la Montchetoundra, «belle montagne» en sami.



Vue sur la ville de Montchegorsk et ses lacs gelés (© Eric Le Bourhis 2008)

Montchegorsk, c’est avant tout une mine de nickel et de cuivre creusée dans la montagne et un combinat métallurgique construit par des prisonniers du goulag durant le deuxième plan quinquennal de l’Union soviétique et entré en activité en 1939. En effet, la presqu’île de Kola est un lieu de déportation précoce dans le Grand Nord russe: environ 250.000 personnes y seront déportées au cours des années 1930, tandis que le NKVD et le Parti de Leningrad (dirigée par Jdanov à partir de 1934) prendront en main l’industrialisation de la région.


Le combinat métallurgique et les mines à ciel ouvert (© Eric Le Bourhis 2008)

Déjà à l’époque soviétique, le combinat de Montchegorsk, aujourd’hui KGM (Compagnie minière et métallurgique de Kola) et filiale de Norilsk Nikel, était en grande partie alimenté par le minerai extrait à Norilsk en Sibérie centrale, puis acheminé par la Route maritime du Nord, de Doudinka à Mourmansk. C’est l’une des usines les plus polluantes au monde (dioxyde de soufre), qui fait encore parler d’elle aujourd’hui pour les dommages causés à la forêt environnante et les alertes lancées à la population lorsque le vent ramène les fumées vers la ville (les premiers immeubles ne sont situés qu’à deux kilomètres du combinat).


Centre ville de Montchegorsk(© Eric Le Bourhis 2008)

Mais Montchegorsk, c’est aussi un espace urbain. Un premier campement est installé en 1935 sur les berges du lac Imandra, puis une ville est tracée au cordeau sur la presqu’île, entre débarcadère et usine, selon les plans de l’architecte léningradois, Brovtsev. En 1936, on perce à travers la forêt le grand axe de la ville, l’avenue Jdanov, bientôt renommée avenue des Métallurgistes. Les premiers immeubles sont construits en 1938.


Le quartier de Montcha (© Eric Le Bourhis 2008)
Montcha est le quartier construit sur les bords du lac Nioud, face au combinat.


Le lac Komsomolskoe et le mont Nioud (© Eric Le Bourhis 2008)

Le mont Nioud, qui domine la ville de ses 465 mètres d’altitude, abrite une petite station de ski dont on aperçoit les remonte-pentes sur la photographie. Néanmoins, celle-ci n’a pas la réputation de celles de la Toundra de Khibiny à Kirovsk, située à quelques dizaines de kilomètres, qui attire même des Pétersbourgeois en week-end prolongé.


Le lac Nioud, le combinat, le mont Nittis et la Toundra de Montche (© Eric Le Bourhis 2008)

Montchegorsk, c’est aussi la porte de la plus grande réserve naturelle (zapovednik) de l’oblast de Mourmansk, qui s’étend derrière la ligne de crête de la Toundra de Montche sur 3.000 km2. Sa création, en 1930, a même précédé celle de la ville et du combinat… Néanmoins, la proximité immédiate de l’usine et son extension dans les années 1980 ont conduit la réserve à céder du terrain pour s’étendre davantage vers l’ouest. C’est une réserve mondiale de biosphère depuis 1984.

Vignette: Place de la Révolution à Montchegorsk (© Eric Le Bourhis 2008)
 
 
Entre François et Radio Maryja: l’épiscopat polonais à l’épreuve de la sécularisation
Les visages de l’Église catholique en Pologne
La politique historique du parti Droit et Justice:
le retour du roman national
Émergence de la sous-culture «ultra» dans les stades bulgares
7 novembre 2017 à Saint-Pétersbourg: le centenaire invisible
Mobilités des Roms albanais et kosovars en Europe
Vies suspendues: l’exil des rescapés roms du Kosovo
La Moldavie, terre d’émigration
 
Imprimer
Envoyer cet article par mail
Contacter la rédaction
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2018 / ISSN 2102-6017