Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 23/06/2018 - 21:27 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes



 


Riga, Capitale européenne de la culture: Qu’avons-nous à offrir?
Dossier: "Riga, une capitale"

Par Son Excellence Sanita PAVĻUTA-DESLANDES*
Le 15/12/2013

Nous nous réjouissons du lancement d’un dossier dédié aux différentes facettes de la ville de Riga – culturelles, artistiques, architecturales, historiques, sociologiques, économiques et autres. Le moment est propice puisque Riga reprend, en 2014, le flambeau de Capitale européenne de la culture.



 
C’est une belle occasion de faire découvrir notre vieille capitale hanséatique aux internautes français ou francophones qui ne connaîtraient de la Lettonie que le nom, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à cette région de l’Europe du Nord, qui sont déjà enthousiastes, qui ont vu de leurs propres yeux sa richesse et sa diversité, et souhaitent en savoir plus. Et à tous ceux auprès de qui le titre de la Capitale culturelle suscitera suffisamment de curiosité pour préparer leur premier voyage.

Il est vrai que les sources de langue française accessibles en ligne n’ont pas été abondantes à ce jour et dépassent rarement les informations de base. Il est vrai aussi que la communication officielle concernant cet événement ne s’est pas faite jusque-là en français. Aussi l’initiative de Regard sur l’Est, proposant des contributions –articles approfondis, reportages photos– émanant de passionnés, que ceux-ci soient chercheurs, journalistes ou autres, mérite-t-elle d’être partagée avec le plus grand nombre de lecteurs. Je souhaite donc remercier toute l’équipe de RSE pour cette mise en lumière.

Riga, la richesse d’un monde

Pour beaucoup de Français, la Lettonie reste peu connue, pas assez connue, trop éloignée… Sa capitale est Riga (et, souvent, c’est tout ce que l’on sait), fondée en 1201. C’est un pays lointain au passé complexe, ayant connu des dominations successives –croisés germaniques, barons baltes, rois de Suède, de Pologne, empire russe, régime soviétique. Il y a la Courlande, contrée à image mythique et pourtant région bien réelle. Il y a la mer Baltique. Des bribes d’information… Mais tout cela compose un patrimoine très riche et multiculturel que nous avons hâte de faire connaître.

La programmation de la Capitale culturelle s’articule autour de la création contemporaine, tout en faisant référence aux clés de notre passé qui ont nourri la culture européenne. Ville portuaire, Riga a toujours joué le rôle de pont entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud. Elle a toujours été un lieu d’échanges, de transferts culturels mais aussi de création, de réflexion et de liberté. C’est à Riga, par exemple, qu’a été publiée en 1781 la première édition de la Critique de la raison pure de Kant.

Saviez-vous que le philosophe Isaiah Berlin, le cinéaste (et fils d’un architecte majeur de l’Art nouveau) Sergueï Eisenstein, le chef d’orchestre Mariss Jansons, la chanteuse d’opéra Elīna Garanča, le danseur Mikhaïl Baryshnikov, le violoniste Gidon Kremer, le violoncelliste Mischa Maisky, le champion du monde d’échecs Mikhaïl Tal sont tous originaires de Riga, Ville d’Inspiration? On pourrait ajouter d’autres noms encore, la liste est longue, de ceux qui se trouvent au cœur des manifestations de 2014 sous le titre «Born in Riga».

L’ambre de la Baltique, certes, est joli, mais c’est aussi une histoire économique qui remonte jusqu’à l’Égypte ancienne et un matériau de biotechnologie.

Les Lettons, comme leurs voisins baltes, aiment chanter. À la fin des années 1980, ils ont fait la «révolution chantante» pour regagner leur indépendance, une indépendance acquise justement dans les rues de Riga, où se sont déroulés des événements majeurs pour l’histoire récente du pays. Ils ont une tradition unique de Festival du chant, qui rassemble des dizaines de milliers de choristes sur une même scène. Le chant sera donc tout naturellement à l’honneur en 2014, avec le plus grand concours choral du monde qui réunira des centaines de chœurs en provenance de 70 pays. Sans parler de l’œuvre de jeunesse de Wagner, composée en partie à Riga, Rienzi, qui sera jouée à l’Opéra.

1514 – 2014, c’est un demi-millénaire du livre imprimé. Pour marquer cet anniversaire, le lancement des festivités, en janvier, mettra le livre à l’honneur, avec l’inauguration de la nouvelle Bibliothèque nationale et une chaîne humaine qui transférera les ouvrages de main en main, depuis l’ancien bâtiment vers le nouveau. Oui, souvenons-nous d’une autre chaîne humaine, la Voie balte qui, sur 600 km de Tallinn à Vilnius en passant par Riga, réunit le 23 août 1989 près de 2 millions de personnes qui se donnèrent la main pour réclamer pacifiquement leur liberté.

1914 – 2014, c’est le centenaire de la Grande Guerre, page tragique mais, aussi, quelle source d’inspiration artistique!

Et, aussi, Noël. Les historiens ne s’accordent pas tous, mais il se pourrait bien que le premier arbre de Noël décoré sur une place publique ait été installé dans la Riga médiévale. Célébrons-le.

Beaucoup de musique, d’arts visuels, d’expositions, de conférences, de spectacles de rue, d’innovations et de mise en scène de quartiers créatifs, tout au long de l’année. Il ne reste qu’à choisir les dates pour y aller et découvrir!

Une économie résolument européenne

Le titre de Capitale européenne de la culture n’est pas la seule raison qui pourrait inciter à taper le nom «Lettonie» dans un moteur de recherche en 2014. Dix ans après l’adhésion de notre pays à l’Union européenne, la Lettonie est le 18ème État à rejoindre la zone euro, au 1er janvier 2014. La décision d’accueillir la Lettonie dans la zone euro est le résultat des réformes entreprises par le gouvernement letton et de sa capacité à se conformer aux critères de l’Union économique et monétaire.

Après avoir connu une croissance à deux chiffres, la Lettonie a été durement frappée par une profonde récession dès 2008. Grâce à une action rapide et courageuse (notamment, la réduction des dépenses publiques, la restructuration du secteur public, des réformes structurelles réalisées dans les domaines de la santé, de l’éducation et des politiques sociales), notre pays a pu renouer avec la croissance dès la seconde moitié de 2009 et est sorti renforcé de cette épreuve. Aujourd’hui la Lettonie est à nouveau le bon élève de l’Europe, celui qui a le meilleur taux de croissance, peut se targuer de finances publiques saines et a, devant lui, de bonnes perspectives.

Faire partie de cette zone monétaire est avantageux pour une petite économie ouverte, mais c’est surtout un choix stratégique pour la Lettonie concernant son futur au sein de l’Europe. L’avenir de l’intégration européenne se joue autour de la monnaie unique et d’une coopération économique de plus en plus approfondie entre les pays partageant l’euro. Ainsi, pour la Lettonie, la réponse est claire: nous souhaitons en faire partie et y contribuer.

Un autre aspect qui atteste le succès et la qualité de notre politique économique est le rapprochement opéré entre la Lettonie et les pays développés dans le cadre de l’OCDE. En effet, en 2013, nous avons pu nous féliciter d’une autre décision nous concernant: celle des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques d’entamer les négociations d’adhésion avec la Lettonie. Nous y voyons à la fois une reconnaissance des efforts fournis et une opportunité pour assurer la meilleure gouvernance possible dans les années à venir.

Enfin, après le rôle de Capitale européenne de la culture, c’est une autre tâche qui nous attend: celle de la Présidence du Conseil de l’Union européenne, que la Lettonie assumera lors du premier semestre 2015. Riga continuera donc à faire parler d’elle.

*Ambassadeur de Lettonie en France.

 
 
Bulgarie: les séries turques entrées dans les mœurs
Les maisons d’édition d’Europe centrale en exil:
écrire pour témoigner, publier pour transmettre
Trajectoire migratoire de l’instrumentiste bulgare dans le paysage contemporain
Des Dranikis au sang
Kirghizstan, cuisine sous la yourte. Reportage
La nuit où la RDA est sortie du placard
Die Nacht, als die DDR aus dem Schrank kam
Serbie: Sexe, violence et cinéma
 
Imprimer
Envoyer cet article par mail
Contacter la rédaction
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2018 / ISSN 2102-6017