Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 16/07/2018 - 20:17 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes



 


Centrāltirgus, le Ventre de Riga: Reportage
Dossier: "Riga, une capitale"

Par Edouard LEFEVRE*
Le 15/12/2013

Centrāltirgus, le marché central de Riga, est l’un des plus importants d’Europe. Près de 3.000 stands commerciaux y sont répartis dans, mais également autour, d’anciens hangars à Zepellins. Reportage.



 
Le principal marché de denrées alimentaires de Riga était situé depuis le XVIe siècle sur les berges du fleuve Daugava afin de faciliter le transport fluvial des marchandises. Il fut démoli et reconstitué en 1930 à quelques centaines de mètres de là, au sud-est de la vielle ville. Il s'installa alors dans et autour de cinq halles dont la construction fut financée par la municipalité social-démocrate[1]. Ces pavillons furent édifiés grâce à la transformation de hangars à Zeppelin abandonnés par l'armée de l'Empire allemand à Vaiņode en Courlande à l'issue de la Première Guerre mondiale. Démontés et reconstruits, ceux-ci furent adaptés et parés de décorations de style néoclassique et Art déco.

Chaque grand pavillon renferme une spécialité (boucheries, poissonneries, légumes, produits laitiers, boulangeries), avec son atmosphère, ses senteurs et ses couleurs. La foule se presse dans les circulations qui relient les pavillons entre eux. On y trouve beaucoup de légumes, aliment de base des Lettons, dont une majorité de racines (betteraves, céleris, carottes, mais également des choux, concombres, gurķis à mi-chemin entre le concombre et le cornichon), dont certains sont marinés. Les fruits rouges, baies et autres framboises ne sont pas en reste, comme les épices, les graines et les herbes comme aneth. Les halles aux viandes et aux poissons sont peut-être moins colorées mais dépaysent par la présence de caviar et de poissons séchés. La halle réservée aux produits laitiers fait la part belle aux produits locaux tels que les fromages, le lait fermenté ou encore la crème aigre. À l’extérieur de nombreuses babouchkas parlant uniquement le russe vendent des montagnes de vêtements, des fleurs, mais aussi de la quincaillerie.











* Juriste et pigiste, passionné de voyages en Europe de l'est et dans les pays de l'ex-URSS.
Toutes les photos ont été prises en 2013.

Note:
[1] Sur ce sujet, voir l'article de Julien Gueslin dans ce même dossier, «Une «Vienne du Nord»? Riga, laboratoire de la social-démocratie (1920-1934)».
 
 
Entre François et Radio Maryja: l’épiscopat polonais à l’épreuve de la sécularisation
Les visages de l’Église catholique en Pologne
La politique historique du parti Droit et Justice:
le retour du roman national
Émergence de la sous-culture «ultra» dans les stades bulgares
7 novembre 2017 à Saint-Pétersbourg: le centenaire invisible
Mobilités des Roms albanais et kosovars en Europe
Vies suspendues: l’exil des rescapés roms du Kosovo
La Moldavie, terre d’émigration
 
Imprimer
Envoyer cet article par mail
Contacter la rédaction
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2018 / ISSN 2102-6017