Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 23/04/2014 - 10:15 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes



 


Norilsk, ville fermée
Dossier : "Froid"


Par Ludmila BYLODUCHNO
Le 01/01/2003

Vous rêviez de pouvoir arpenter les rues de Norilsk un jour de nuit polaire? Trop tard.



Le 25 novembre 2001, la cité minière a retrouvé son statut de ville fermée, «à accès limité pour les étrangers», selon la terminologie administrative. Après la disparition de l’URSS, la plupart des grandes villes dont l’accès était réglementé s’étaient ouvertes. Seules les villes fermées pour raison stratégique (du fait de la présence d’industries militaires ou nucléaires), étaient restées coupées du monde.

Malgré l’absence de déclarations officielles expliquant les raisons de cette fermeture aux étrangers (Biélorusses mis à part...), les autorités locales n’ont pas caché que leur but était de limiter l’installation de ressortissants des républiques du sud de la CEI et du Caucase. Pour Alexandre Diaguilev, responsable d’un programme d’aide au retour sur le continent (cf. entretien), «il est plus simple de contrôler la venue de nouveaux migrants que de résoudre la question du retour sur le continent des populations vulnérables. Jusqu’au milieu de 1990, Norilsk perdait des habitants; depuis, la population est en hausse. C’est aussi le cas dans la région des Iamalo-Nenets. Norilsk attire des habitants des républiques pauvres de la CEI. Tout comme l’Europe protège son marché du travail avec l’introduction de visas, Norilsk a décidé de fermer ses portes».

Le débat autour de la fermeture des villes a donné libre cours à des propos moins mesurés: pour le feu général Lebed, il fallait saisir l’occasion de la fermeture de Norilsk pour «nettoyer la ville». Les autorités de Magnitogorsk, un temps séduites par le repli sur soi, ont estimé quant à elles qu’il serait temps de renvoyer les «hôtes indésirables» qui ont «envahi la ville».

Limiter l’accès aux étrangers pour des raisons sanitaires: cette justification, largement reprise par les médias russes, a du mal à convaincre. Le maire de Norilsk n’a pas hésité à affirmer que fermer la ville était le seul moyen efficace pour limiter la toxicomanie et le sida, deux fléaux dont sont responsables, selon lui, les quelques milliers de ressortissants des républiques du sud de la CEI et du Caucase.

Pour être dans l’air du temps, les autorités locales ont aussi eu recours au discours anti-terroriste. La fermeture des villes est justifiée par la menace qui pèserait sur les industries vitales situées sur ces différents territoires: l’usine de nickel de Norilsk, qui crée 1,3% du PIB russe, et le complexe gazier de Novyï Ourengoï seraient des cibles idéales, et seule une limitation de la circulation permettrait d’assurer la sécurité des installations...

 
 
République tchèque: Le défi de la modernisation du réseau ferroviaire
Tbilissi: La problématique préservation des espaces verts
Sotchi, d’une identité à l’autre
Le hooliganisme comme étalon-mesure de l'État de droit en Serbie
Le derby de Cluj, entre nouvelles ambitions et rivalités ethniques
Kosovo: Le sport pour réconcilier les communautés
L'éducation physique et le sport dans le système scolaire roumain
Le sport soviétique dans la Russie contemporaine:
Quelle(s) mémoire(s)?
 
Imprimer
Envoyer cet article par mail
Contacter la rédaction
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2014 / ISSN 2102-6017 / Revue du CREE (INALCO)