Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 18/06/2018 - 03:55 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes



 


UE-Asie centrale : quels échanges commerciaux ?
Dossier : "Asie centrale - UE: une «belle» indifférence?"

Par Pierre VERLUISE*
Le 01/04/2008

Les échanges commerciaux UE-Asie centrale sont déficitaires, dominés par les importations communautaires d’hydrocarbures et de métaux non-ferreux. Les échanges commerciaux de l’Union européenne (UE) avec les pays de la Communauté des États indépendants (CEI)[1] augmentent régulièrement depuis l’an 2000, mais quelle est la part des cinq pays d’Asie centrale? Il importe d’avoir une vision précise de leur poids relatif par rapport à la Russie et des produits échangés avec l’espace UE-27. L’étude se fonde sur les données 2006 communiquées par Eurostat fin 2007 [2].



 
Commençons par la valeur des importations communautaires. En 2006, les importations totales de l’espace UE-27 de pays membres ou associé de la CEI situés en Asie centrale représentent 15.793 millions d’euros, soit 8,8% du total de cette zone. C’est à dire 9 fois moins que la seule Russie, qui pèse 140.546 millions d’euros, soit 79,2% des importations totales de l’espace UE-27 de pays membres ou associé de la CEI.

Quelles importations ?

Comment se répartissent ces importations? La réponse se trouve sur le graphique 1: Part dans les importations totales de l'espace UE-27 de pays d'Asie centrale membres ou associé de la CEI, en 2006, en %.

Voir l'intégralité des graphiques

A lui seul, le Kazakhstan fournit 7,8% des importations totales de l’espace UE-27 de pays d’Asie centrale membres ou associé de la CEI, en 2006. Il ne laisse que des miettes à l’Ouzbékistan (0,6%), au Turkménistan (0,3%), au Tadjikistan (0,1%) et à la République kirghize.

Quelles exportations ?

Comment se répartissent les exportations de l’espace UE-27 vers les pays d’Asie centrale membres ou associé de la CEI? Considérons le graphique 2: Part dans les exportations totales de l'espace UE-27 vers les pays d'Asie centrale membres ou associé de la CEI, en 2006, en %.

Voir l'intégralité des graphiques

En 2006, les cinq pays d’Asie centrale représentent 6.274 millions d’euros, soit 5,9% des exportations totales de l’espace UE-27 vers des pays membres ou associé de la CEI. Soit 11,6 fois moins que la seule Russie, qui pèse 72.356 millions d’euros. La Russie représente ainsi 68,4% des importations totales de l’espace UE-27 de pays membres ou associé de la CEI.

Une fois encore, le Kazakhstan se place au premier rang des pays d’Asie centrale, avec 4,7% des exportations totales de l’espace UE-27 vers cette région, pour une valeur de 5.000 millions d’euros. Les 4 autres pays sont loin derrière : Ouzbékistan (0,6%), Turkménistan (0,3%), République kirghize (0,2%) et Tadjikistan (0,1%).

En un coup d’oeil

Pour avoir maintenant une vision d’ensemble, considérons le graphique 3: Echanges commerciaux de l'espace UE-27 avec les pays d'Asie centrale membres ou associé de la CEI, en 2006, en millions d'euros.

Voir l'intégralité des graphiques

En 2006, l’espace UE-27 importe pour 15.793 millions d’euros des pays d’Asie centrale et y exporte pour 6.274 millions d’euros. Les échanges commerciaux de l’espace UE-27 avec les pays d’Asie centrale sont donc déficitaires de 9.519 millions d’euros. Ce qui vient s’inscrire dans une tendance lourde des relations commerciales UE-CEI, dont le déficit atteint en 2006 71.733 millions d’euros, dont 68.190 pour la seule Russie.

En 2006, les échanges commerciaux de l’espace UE-27 sont déficitaires avec tous les pays d’Asie centrale, sauf un : la République kirghize (+151 millions d’euros). Compte tenu de la valeur considérée, cela tient presque de l’anecdote.

Quels sont les produits échangés entre l’UE et les pays d’Asie centrale ? L’Union européenne exporte essentiellement des machines industrielles d’application générale, des machines et appareils spécifiques, des véhicules routiers et du sucre.

Le poids des hydrocarbures

Observons maintenant le graphique 4: Part du principal produit dans les importations de l'espace UE-27 en provenance de pays d'Asie centrale membres ou associé de la CEI, en 2006, en % de la valeur.

Voir l'intégralité des graphiques

A l’image de pays en développement, les pays d’Asie centrale exportent généralement des matières premières. Dans trois cas sur cinq, les hydrocarbures dominent les importations de l’espace UE-27. Le pétrole constitue ainsi 82% de la valeur en euros des importations de l’espace UE-27 en provenance du Kazakhstan. Ce produit représente 58,6% des importations de l’espace UE-27 du Turkménistan. Le gaz pèse 21,7% des importations de l’espace UE-27 d’Ouzbékistan.

Ce qui illustre la dépendance énergétique de l’Union européenne à l’égard de la CEI, et de la Russie en particulier[3]. Russie qui capte déjà dans ses gazoducs et oléoducs une partie de la production d’hydrocarbures d’Asie centrale à destination de l’Union européenne. Captation qui peut, d’ailleurs, avoir des incidences sur ces statistiques d’Eurostat.

La Russie fait tout pour se rendre incontournable

Cette étude met en évidence les difficultés de l’Asie centrale à s’imposer face à la Russie dans les relations commerciales UE-CEI. Ce qui mérite réflexion, puisque la CEI est en 2006 le deuxième partenaire pour les exportations de l’espace UE-27, avec 9%, derrière les Etats-Unis (23%) et devant la Suisse (8%). La même année, la CEI est le deuxième partenaire de l’UE pour les importations (13%), à égalité avec les Etats-Unis, derrière la Chine (14%) et devant la Norvège (6%). Pour l’heure, la Russie capte 6% des exportations de l’UE et 10% de ses importations.

L’Asie centrale pèsera-t-elle demain davantage dans les échanges commerciaux de l’Europe communautaire ? Bruxelles escomptait accéder plus facilement au gaz du Kazakhstan et du Turkménistan via la construction du gazoduc Nabucco, mais ces deux pays ont signé le 20 décembre 2007 un accord avec la Russie pour acheminer le gaz extrait en mer Caspienne vers la Russie, d’ici 2010. La Russie fait tout pour rester le partenaire incontournable au sein de la CEI.

*Pierre Verluise, directeur du site www.diploweb.com, chercheur à l’IRIS.
Photo : Céline Bayou

[1] La CEI comprend les pays suivants : Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Géorgie, Kazakhstan, République kirghize, Moldavie, Ouzbékistan, Russie, Tadjikistan, Turkménistan et Ukraine. Le Turkménistan était membre permanent jusqu’en 2005. Il est, depuis, membre associé.
[2] Gilberto GAMBINI, Commerce de l'UE-27 avec les pays de la CEI en 2006, Statistiques en bref, Commerce extérieur, 114/2007, Eurostat, 8 p.
[3] Cf. Céline BAYOU et Pierre VERLUISE, «Russie, énergie et géopolitique», in La Russie, Annette CIATTONI (dir.), Sedes, 2007.
 
 
Serbie: un rapprochement pragmatique avec la Turquie
Projet de loi sur les «fake news»: les médias russes dans le viseur d’Emmanuel Macron?
Partenariat oriental de l’Union européenne:
Le pragmatisme pour mettre fin aux ambiguïtés
Serbie: un programme d’influence économique sur le Kosovo?
Quand des Roms marginalisés en Bulgarie s’exilent en France
Sommet de Trieste: vers la création d’un marché commun des Balkans occidentaux?
L’eurorégion Pskov-Livonie: Coopération transfrontalière entre l’Estonie, la Lettonie et la Russie
Les territoires frontaliers entre l’Estonie, la Lettonie et la Russie. Reportage
 
Imprimer
Envoyer cet article par mail
Contacter la rédaction
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2018 / ISSN 2102-6017