Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 21/04/2018 - 11:09 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes



 


Irbene : la ville secrète mérite-t-elle de figurer sur les cartes ?


Par Eric LE BOURHIS
Le 01/05/2008

Dans le Nord de la Courlande, à 150 km de Riga, se dresse au-dessus de la cime des pins de la côte livonienne un radiotélescope géant d’une cinquantaine de mètres de haut.



 

1. Irbene – L’antenne RT-32 © Eric Le Bourhis
Base secrète de l’Armée soviétique aux confins occidentaux de l’Union soviétique, Irbene comprenait trois radiotélescopes qui permettaient de capter les ondes radio haute fréquence en Europe du Nord, en particulier les échanges avec les Etats-Unis.
Le 22 juillet 1994, le dernier soldat russe quittait Irbene et les antennes étaient investies par l’Académie des Sciences de Lettonie.




2. Irbene – La ville abandonnée © Eric Le Bourhis
A quelques centaines de mètres du centre scientifique était établie dès les années 1970 une petite bourgade, pour héberger les scientifiques, les militaires et leur famille (2.000 habitants environ). Cette ville secrète ne figurait pas sur les cartes officielles de la République socialiste soviétique de Lettonie.
La Courlande abritait un certain nombre de bases militaires et de villes fermées secrètes du pays durant l’époque soviétique. Skrunda-2, principale station radio-astronomique de la Lettonie soviétique (où l’Armée russe est restée exceptionnellement jusqu’en 1998), n’aura pas eu la chance de conserver ses radars dont la démolition a été vécue en 1995 comme la libération ultime d’une occupation entamée à l’automne 1939.




3. Irbene – Immeuble d’habitation © Eric Le Bourhis
Lovée dans la forêt à 3 kilomètres de la mer, Irbene est aujourd’hui une ville fantôme, pillée et saccagée, selon les sources, par les derniers habitants sur le départ ou par les premiers squatteurs, puis dégradée par le climat maritime et froid de la région. De grands immeubles abandonnés en brique blanche ou en préfabriqué entourent une poignée d’équipements (gymnase, salle des fêtes, restaurant) partiellement effondrés et à peine reconnaissables.




4. Irbene – Salle des fêtes © Eric Le Bourhis
«Découverte» par les autorités lettones sur les cartes d’Etat major en 1993 alors qu’elle n’existait déjà presque plus, la ville est aujourd’hui à l’abandon et ne figure toujours pas sur les cartes.




5. Irbene – l’antenne RT-32 © Eric Le Bourhis
Construite à partir des années 1960, l’antenne RT-32, ou Zvezdotchka («Petite étoile»), est encore par ses dimensions (le réflecteur a un diamètre de 32 mètres) et par sa technicité un des meilleurs radiotélescopes du monde.
Aussitôt réparée et modernisée par une poignée de passionnés comme l’astronome Juris Zagars et sous la responsabilité du Centre radio-astronomique international de Ventspils (VIRAC) créé en 1995 à cette fin, elle est convertie progressivement en station de radioastronomie (soleil en particulier). Elle reprend son activité en 1996, grâce à l’Académie royale des sciences de Suède, alors que l’Otan refuse de lui accorder la moindre subvention puisque le site est converti à l’activité civile.
En 1999 commencent les réparations de la deuxième antenne encore présente sur le site (RT-16).
Depuis le début des années 2000, des collectifs lettons (RIXC - Jauno Mediju Kulturas Centrs, Centre culturel pour les nouveaux médias) ou internationaux d’artistes et de scientifiques spécialisés dans l’acoustique, l’émission radio ou l’Internet investissent régulièrement les lieux pour des installations artistiques et l’exploration des performances de l’antenne.
La Lettonie est-elle prête à faire d’Irbene son ambassadeur pour les nouvelles technologies?

Sources principales: virac.lv, rixc.lv, delfi.lv
 
 
7 novembre 2017 à Saint-Pétersbourg: le centenaire invisible
Mobilités des Roms albanais et kosovars en Europe
Vies suspendues: l’exil des rescapés roms du Kosovo
La Moldavie, terre d’émigration
L’immigration russe à Riga depuis 1945: chiffres et idées reçues
Pologne: La Haute-Silésie tente sa reconversion énergétique
Moscou: Le conflit du parc de Torfianka
Le nouveau visage orthodoxe de la périphérie de Moscou
 
Imprimer
Envoyer cet article par mail
Contacter la rédaction
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2018 / ISSN 2102-6017