Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 20/07/2018 - 05:07 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes


 

République Tchèque : une vingtaine de babybox pour les enfants abandonnés

Par Zuzana Loubet del Bayle (sources: CTK, lidovky.cz)

La République tchèque poursuit l’installation de babybox, boîtes chauffées où les mères en détresse peuvent déposer de manière anonyme leur nouveau-né. Depuis le début de leur installation en juin 2005, les babybox ont déjà permis de sauver quinze enfants. Après la capitale, d’autres grandes villes régionales se sont procuré cette boîte. Aujourd’hui, la République tchèque en compte une vingtaine, leur nombre devrait atteindre la trentaine avant la fin de l’année.

Le dernier babybox vient d’être installé à Nachod, une ville en Silésie à la frontière polonaise. «Nous savons qu’en Pologne, il n’est pas facile d’obtenir une IVG. C’est pourquoi notre babybox pourra aider également les mères polonaises», commente Ludvik Hess, président de la fondation d’aide aux enfants abandonnés Statim. La boîte contient donc un mode d’emploi en polonais. Les élus de la région approuvent pleinement cette politique: «Les enfants déposés dans les babybox seront accueillis par des familles qui s’occuperont bien d’eux», estime Jiri Vesely, président du comité de la Santé de la région.

Le but des babybox est en effet de sauver les bébés que les mères ne peuvent ou ne souhaitent pas garder. Ils fonctionnent donc sur le principe de l’anonymat: après avoir déposé son nouveau-né, la mère peut partir sans être vue. La signalisation avertit immédiatement le personnel de l’hôpital qui prend soin du bébé. Après un bilan de santé complet, ce dernier est proposé à l’adoption.

Chaque boîte pèse 150 kg et contient un millier de composants électroniques. Elles sont fabriquées en République Tchèque, d’après des modèles autrichien et allemand. Le coût d’un babybox s’élève à 250.000 couronnes (10.000 euro), sa mise en place est financée par la fondation Statim qui compte en installer à l’avenir soixante-dix, un dans chaque département. La fondation considère que plus il y aura de babybox, plus ils pourront sauver de vies, car une mère en détresse qui vient d’accoucher ne peut parcourir de grandes distances.

Dépêche publiée le 07/02/2009

Zone : Peco







 
Roumanie: condamné pour blanchiment d'argent, le maire de Piatra-Neamţ voit sa peine aggravée en appel
04/07/2018
Bulgarie: un célèbre militant de l'ultradroite blessé par balle
30/06/2018
Pologne/États baltes: accord de synchronisation électrique
28/06/2018
District de Brčko: quand le football alimente les tensions nationalistes et ethniques
27/06/2018
Lituanie: adoption d’une nouvelle Stratégie énergétique
24/06/2018
Haut-Karabagh: un conseiller politique joue le rôle de lanceur d'alerte sur les mouvements de troupes azéries
23/06/2018
Russie: le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov refuse de demander une grâce présidentielle
22/06/2018
 
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2018 / ISSN 2102-6017