Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 17/08/2018 - 10:13 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes


 

La Russie compte tester le fichage de ses citoyens et immigrés

Par Sophie Tournon (sources: Nezavissimaya gazeta, Velikie luki)

Le gouvernement russe étudie activement le programme d’établissement du «gouvernement électronique» ou «e-gouvernement», dont l’un des aspects est l’établissement d’une «carte électronique universelle personnelle» devant remplacer le passeport intérieur, tout en le complétant. Cette carte, qui accumulera les données sur l’état civil, la sécurité sociale, le permis de conduire, les avantages sociaux en tous genres, les diplômes, les données bancaires, etc., est censée simplifier la vie de son utilisateur.

Deux chantiers sont à l’étude: le test de cette carte dans les régions volontaires et le financement de ce projet d’envergure. Seules les régions dont les gouverneurs acceptent l’idée de ce fichage «pratique et moderne» donneront un avant-goût de cette carte électronique. Quant au prix de ce programme, le gouvernement a assuré que le budget d’Etat ne sera qu’à peine ponctionné, étant donné que les gouverneurs participants auront à charge de trouver des fonds privés. Ce fichage coûterait près de 170 milliards de roubles (4 milliards d’euros), à comparer aux 2 milliards (46 millions d’euros) que le budget fédéral alloue annuellement au programme «e-gouvernement». La Sberbank (Banque d’épargne, la plus puissante d’Europe orientale) s’est déjà déclarée intéressée, songeant à faire de cette carte un nouveau moyen de paiement.

Il existe déjà des cartes électroniques en Russie. Dans les régions de Moscou, Astrakhan et en Bachkirie, une «carte sociale» concentre déjà certaines informations personnelles, notamment les données relatives au Fonds de pension russe (PFR), tout en étant utilisable comme carte de paiement pour certains services publics. Ces cartes, qui ne remplacent pas les papiers d’identité, restent toutefois régionales, alors que le passeport électronique amélioré en projet serait fédéral. Autre sésame moderne, la «carte de l’invité électronique» (sic) est un projet permettant de ficher les travailleurs étrangers installés à Moscou, leur identité, leur situation professionnelle, les données sur leur santé, etc.

Par ailleurs, la question de la sécurité que pose une telle carte a été soulevée, sans pour autant trouver de réponse: les divers renseignements qu’elle doit centraliser proviendraient en effet non pas d’un service unique mais d’administrations diverses devant coopérer.

Selon le journal russe Nezavissimaya gazeta, l’Eglise orthodoxe russe a émis des réserves sur cette carte. Elle demande que tous les citoyens aient le droit de choisir entre le passeport et la carte, et que les données ne soient pas centralisées par une seule banque de données. Enfin, la carte ne devra pas comporter de symboles «inacceptables pour les paroissiens».

Dépêche publiée le 26/10/2009

Zone : Russie







 
Roumanie: condamné pour blanchiment d'argent, le maire de Piatra-Neamţ voit sa peine aggravée en appel
04/07/2018
Bulgarie: un célèbre militant de l'ultradroite blessé par balle
30/06/2018
Pologne/États baltes: accord de synchronisation électrique
28/06/2018
District de Brčko: quand le football alimente les tensions nationalistes et ethniques
27/06/2018
Lituanie: adoption d’une nouvelle Stratégie énergétique
24/06/2018
Haut-Karabagh: un conseiller politique joue le rôle de lanceur d'alerte sur les mouvements de troupes azéries
23/06/2018
Russie: le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov refuse de demander une grâce présidentielle
22/06/2018
 
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2018 / ISSN 2102-6017