Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 16/10/2018 - 18:46 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes


 

Hongrie: L’érection d’un mur pour stopper l’immigration illégale ne fait pas l’unanimité

Par Céline Bayou (sources: Hungary Today, Balkan Insight, Reuters)

Comme elle l’avait annoncé depuis quelques semaines, la Hongrie a entrepris le 13 juillet 2015 la construction d’un mur de quatre mètres de haut à sa frontière avec la Serbie. L’armée hongroise est chargée de l’ouvrage, sur 150 mètres de long d’abord, à proximité de la ville de Mórahalom (6.000 habitants). Cette section aura valeur de test, avant d’être éventuellement prolongée sur la totalité de la longueur de la frontière, soit 175 km. D’autres «tests» vont être réalisés, sur dix points stratégiques, jugés les plus exposés à la pression migratoire.

L’objectif est en effet de stopper l’immigration illégale en provenance du Sud. S’il est entièrement réalisé, ce mur coûtera 20 millions d’euros à la Hongrie. Dans la seule région de Mórahalom, chaque jour, environ 500 personnes traverseraient la frontière illégalement, selon un garde-frontière local. Mais, globalement, se sont 70.000 migrants illégaux qui, en provenance d’Afghanistan, de Syrie et d’Afrique, sont entrés en Hongrie depuis le début de 2015. La plupart d’entre eux passent par la Turquie puis la Macédoine et la Serbie, et souhaitent continuer leur périple plus à l’Ouest.

Le mur n’est pas l’unique parade trouvée par Budapest. Des patrouilles conjointes hungaro-serbes de police assurent la surveillance des frontières et, début juillet 2015, un accord a été signé entre les polices hongroise, serbe, autrichienne et allemande afin de coopérer dans cette lutte contre l’immigration illégale.

En revanche, les autorités serbes ont protesté lorsque la Hongrie a déclaré en juin vouloir ériger ce mur qui, pour Belgrade, ne constitue en rien une solution et revient à blâmer la Serbie pour les flux croissants de migrants. Que le Premier ministre hongrois Viktor Orbán rétorque que le mur ne sera que provisoire et n’est pas dirigé contre la Serbie ne change rien à l’affaire. Attentive mais impuissante, la Commission européenne a proposé à Budapest de participer à l’installation de centres de rétention sur le territoire hongrois.

En Hongrie, l’érection de ce mur ne fait pas l’unanimité. Certains y voient un drôle de retournement de situation pour le pays qui a été à l’origine du démantèlement du Rideau de fer, et ils expriment un sentiment de honte. Ceux-là appelaient à une manifestation à Budapest le 14 juillet en fin de journée. L’opposition de gauche est particulièrement virulente, notamment la Coalition démocratique (DK). Le vice-leader du parti, Csaba Molnár, se réfère à des sondages pour affirmer que 67% des Hongrois jugent ce mur totalement inapte à stopper le flux d’immigrants. La formation Dialogue pour la Hongrie (PM) s’insurge contre ce nouveau Rideau de fer inacceptable qu’imposent les autorités et dénonce son prix. Cet argent pourrait être mieux utilisé, estime son leader, par exemple pour lutter contre la pauvreté, augmenter le salaire des enseignants et rehausser les minima sociaux.

Dépêche publiée le 14/07/2015

Zone : Peco







 
Roumanie: condamné pour blanchiment d'argent, le maire de Piatra-Neamţ voit sa peine aggravée en appel
04/07/2018
Bulgarie: un célèbre militant de l'ultradroite blessé par balle
30/06/2018
Pologne/États baltes: accord de synchronisation électrique
28/06/2018
District de Brčko: quand le football alimente les tensions nationalistes et ethniques
27/06/2018
Lituanie: adoption d’une nouvelle Stratégie énergétique
24/06/2018
Haut-Karabagh: un conseiller politique joue le rôle de lanceur d'alerte sur les mouvements de troupes azéries
23/06/2018
Russie: le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov refuse de demander une grâce présidentielle
22/06/2018
 
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2018 / ISSN 2102-6017