Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 23/10/2017 - 06:30 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes


 

La protection du patrimoine culturel serbe, prétexte pour ralentir l'adhésion du Kosovo à l'UNESCO?

Par Stéphan Altasserre (sources: Vesti, Glas Amerike)

Depuis la déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo, en 2008, Belgrade s'est systématiquement opposé à son entrée au sein de toute organisation internationale. C'est notamment le cas pour la demande d'adhésion de Pristina à l'UNESCO car, si cette requête était acceptée, elle aurait pour corollaire la reconnaissance implicite de l'indépendance du Kosovo par les autres membres de l'institution.

En novembre 2015, grâce à l'appui de la Russie, Belgrade avait pu obtenir suffisamment de voix pour empêcher la validation de cette demande d'adhésion. Le principal argument invoqué par la Serbie était que le contrôle exercé par Pristina sur les quatre grands lieux de culte orthodoxe serbe du Kosovo, tous classés au patrimoine mondial de l'humanité, ne garantissait pas la sécurité de ces églises. Cette ligne politique perdure. Ainsi, le 4 janvier 2017, Darko Tanaskovic, l'ambassadeur serbe à l'UNESCO, a déclaré que l'accession à la qualité de membre de l'UNESCO du Kosovo aurait un impact «incalculable» sur l'identité serbe et sur le patrimoine culturel dans la région.

C'est dans ce contexte tendu qu'a eu lieu, le 23 février 2017, une rencontre organisée par l'UNESCO à Pristina. Elle a permis aux différents acteurs de discuter à nouveau de l'épineuse question de la préservation du patrimoine culturel serbe. In fine, il a été établi que le Kosovo est tenu de se conformer aux dispositions du plan Ahtisaari relatives à l'Église orthodoxe serbe et à la protection de son patrimoine. Dimitris Muskopulos, le conseiller du gouvernement du Kosovo pour le patrimoine culturel, a immédiatement précisé que le Kosovo était parfaitement conscient qu'il s'agissait d'une obligation à remplir pour obtenir la validation de sa demande d'adhésion à l'UNESCO et que les autorités kosovares étaient décidées à s'y conformer.

Pour sa part, Sonja Biserko, la présidente du comité Helsinki pour les droits de l'Homme en Serbie, estime que ce sujet est utilisé par Belgrade pour empêcher ou retarder l'entrée du Kosovo à l'UNESCO et que la question du patrimoine culturel du Kosovo est de ce fait «trop politisée». Dissocier l'adhésion kosovare et la préservation des lieux saints orthodoxes serait actuellement pour l'organisation internationale le seul moyen de traiter équitablement les deux sujets.

Dépêche publiée le 04/03/2017

Zone : Balkans







 
ARYM (Ancienne république yougoslave de Macédoine): préparation de la loi sur la révision des procédures judiciaires
22/10/2017
Russie: feu vert turc concernant la partie terrestre du gazoduc TurkStream
21/10/2017
Roumanie: le gouverneur de la Banque nationale veut développer le réseau autoroutier
20/10/2017
Lituanie: salaires, inflation, pauvreté et… perceptions
17/10/2017
République serbe de Bosnie-Herzégovine: un important prêt bancaire controversé
15/10/2017
Bulgarie: rapport 2016 sur l'état financier des entreprises publiques
11/10/2017
Lettonie: le parti de la Concorde dénonce son accord avec Russie unie et fait réagir le Parti du centre estonien
09/10/2017
 
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2017 / ISSN 2102-6017