Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 26/03/2017 - 21:02 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes


 

Lituanie: Prier les médias d’annoncer des nouvelles positives

Par Céline Bayou (sources: Delfi.lt, BNS)

Trois membres de la coalition gouvernementale au pouvoir en Lituanie, tous issus de l’Union des paysans et des verts, ont déposé un projet de loi prévoyant de forcer les médias à assurer que la moitié au moins des nouvelles diffusées soient des informations «positives».

La démarche a suscité une telle vague de critiques et d’accusations de censure que Dovilė Šakalienė, représentante du Parti au Parlement et l’une des initiatrices de cette proposition, a dû se résoudre à retirer l’amendement, en commentant, sur sa page Facebook: «Il n’y aura aucun amendement. Le Cheval de Troie est démonté

Le projet consistait à imposer, outre une moitié d’informations souriantes, que celles-ci soient placées en une des journaux et en début d’émission de radio et de télévision. Les trois députés estiment en effet que les médias lituaniens se préoccupent trop d’affaires de corruption, de conflits d’intérêts ou d’autres problèmes. Pour eux, cette dominante négative sur les canaux de communication politique a un effet néfaste sur la population, qui dit ne plus avoir confiance dans les institutions du pays et préfère se tenir à l’écart de la politique. Les Lituaniens se déclarent en outre peu confiants dans les médias et dans les informations qu’ils diffusent.

Le président de l’Union des journalistes de Lituanie, Dainius Radzevičius, après avoir ri de cette initiative, l’a ensuite qualifiée de «théâtre de l’absurde». Avant de rappeler que la question relève de la Constitution et non d’un simple amendement. Même le Premier ministre, Saulius Skvernelis, s’est étonné de cette suggestion et a rappelé que personne, pas même les politiques, n’est habilité à réguler le contenu des médias, déjà soumis à un code d’éthique.

La politiste Rima Urbonaitė a saisi l’occasion pour lancer un débat sur la question de la liberté d’information. Elle a souligné qu’avec un tel règlement, elle ne voyait pas trop comment présenter l’information. Devrait-on évoquer un acte terroriste épouvantable comme on présenterait un concours de dessins d’enfants? Et de s’étonner que de telles idées puissent venir à certains, qui reviennent de fait à contrôler les médias et à leur lier les mains. Cela pourrait, selon elle, rappeler le comportement des médias en Russie, qui n’annoncent aucune mauvaise nouvelle ou, quand ils le font, la transforment en bonne nouvelle puisque Vladimir Poutine a déjà résolu le problème.

Dépêche publiée le 18/03/2017

Zone : Etats baltes







 
République tchèque: Faire renaître l’image de la chaussure Bata
26/03/2017
Bulgarie: Le programme de relocalisation des réfugiés syriens piétine
25/03/2017
Bosnie-Herzégovine: Pressions en faveur du respect du pluralisme des médias
21/03/2017
Lituanie: Prier les médias d’annoncer des nouvelles positives
18/03/2017
Russie: Entre Finnmark norvégien et polygone russe de Barents, des exercices militaires en bonne intelligence
17/03/2017
Bulgarie: Tensions entre enquêteurs et magistrats sur fond d'affaires médiatico-judiciaires
15/03/2017
Bosnie-Herzégovine : vives tensions au sein de la Présidence
10/03/2017
 
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2017 / ISSN 2102-6017