Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 20/11/2017 - 06:58 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes


 

Roumanie: le gouvernement s'inquiète de la propension de ses ressortissants à migrer

Par Stéphan Altasserre (sources: Jurnalul National , Stiri de ultima ora, Romania News)

Le mardi 2 mai 2017, devant un parterre de journalistes, le ministre des Roumains de l'étranger Andreea Păstîrnac a dressé un portrait alarmant de la situation démographique de la Roumanie: «Il y a désormais plus d'enfants nés dans la diaspora qu'en Roumanie.» Cette évolution n’est pas surprenante puisque, fin 2016, les expatriés représentaient près de 4,4 millions de personnes, selon Eurostat. Le ministre a observé que cette situation soulevait quelques interrogations concernant l'avenir de la nouvelle génération en Roumanie. Il s’est dit préoccupé par le fait que les nouvelles opportunités de mobilité obtenues par les ressortissants roumains au sein de l'Union européenne, et bénéficiant principalement aux étudiants et aux travailleurs, étaient en grande partie à l'origine de cette émigration «massive».

Le gouvernement souhaite désormais s'impliquer davantage dans l'accompagnement des ressortissants roumains, afin de faciliter leur éventuel retour dans leur pays d'origine. Son premier angle d'attaque est la question de l'éducation, et plus précisément l'aide au maintien de l'usage de la langue roumaine dans les communautés structurées d'expatriés. Cet investissement semble pertinent, alors qu’il a été constaté que les jeunes Roumains nés à l'étranger n'apprennent pas à parler la langue roumaine.

Les seules structures capables de dispenser ce type d'apprentissage sont des associations bénévoles de migrants. Le ministre des Roumains de l'étranger a indiqué que le gouvernement s'appuierait en partie sur ces entités, tout en reconnaissant qu'elles étaient souvent isolées et que leurs moyens matériels et financiers étaient limités. Une aide de Bucarest s'avère donc indispensable.

A. Păstîrnac a également révélé que des démarches avaient déjà été entreprises en ce sens et, notamment, qu'une campagne nationale avait débuté pour fournir aux enfants des expatriés «des manuels scolaires ainsi qu’un soutien aux études de la langue roumaine par le biais de supports électroniques, de tablettes et de manuels numériques». Le ministère de l'Éducation épaulera l'administration en charge des Roumains de l'étranger en lui livrant plusieurs centaines de manuels. Il n’empêche: le ministre juge que, pour trouver des solutions adaptées à cette situation inédite, la société civile a besoin d'organiser un débat de fond sur la manière d'aider les jeunes nés dans la diaspora roumaine à apprendre la langue de leurs parents.

Dépêche publiée le 06/05/2017

Zone : Peco







 
Pologne: se libérer du gaz russe à partir de 2022
19/11/2017
Roumanie: le ministre de la Justice tenu de s’expliquer sur l’application de la loi d’amnistie
19/11/2017
Bulgarie: la Commission de surveillance financière gagne en indépendance
17/11/2017
Lituanie: adoption de la loi Magnitski
16/11/2017
Bosnie-Herzégovine: Mustafa Cerić renonce à se présenter à l’élection présidentielle de 2018
12/11/2017
Rail Baltica: la Finlande s’intéresse au projet d’interconnexion ferroviaire balte
11/11/2017
Roumanie: révélations compromettantes d'un ancien officier supérieur du Service de renseignement intérieur
05/11/2017
 
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2017 / ISSN 2102-6017