Revue - REGARD SUR L'EST
Regard sur l'Est, revue en ligne
Dernière mise à jour le 19/11/2017 - 22:48 Paris


Asie centrale
Balkans
Caucase
Etats baltes
Peco
Russie


Tous les dossiers


Contact
Ligne éditoriale


 

 

Itinéraires baltes


 

Russie: V. Poutine laisse entrevoir la fin de la conscription

Par Céline Bayou (sources: Russian Defense Policy, Kremlin.ru, Ejednevnyi Journal)

Changement de cap au Kremlin: le 24 octobre, le Président russe Vladimir Poutine a semblé annoncer son projet de mettre fin à la conscription. La Russie tendrait dorénavant vers une armée de métier, mais ce passage se fait, selon lui, à un rythme trop lent. La déclaration du Président a néanmoins étonné, alors qu’il a récemment signé une loi interdisant aux administrations publiques d’employer durant dix ans tout candidat qui n’aurait pas effectué son service militaire et serait dans l’incapacité de justifier sérieusement son exemption.

La perspective de l’élection présidentielle du 18 mars 2018 n’est évidemment pas étrangère à cette annonce, qui pourrait avoir un effet assez radical sur le vote des jeunes électeurs. Certains, dans l’Armée, s’en inquiètent et jugent qu’il serait dangereux d’abandonner complètement la conscription. Cela reviendrait à se priver de la possibilité de mobiliser des milliers de jeunes hommes tout juste formés. Or les effectifs des soldats ayant signé un contrat n’évoluent pas très positivement: fin 2016, ils étaient évalués à 384.000 contractuels. Fin 2017, on prévoyait qu’ils soient 425.000. Or, selon les données du ministère de la Défense lui-même, ils ne sont actuellement que 354.000.

Pour le journaliste Alexandre Golts, cette évolution s’explique par la faible attractvité de l’armée. De plus en plus de jeunes militaires décident de ne pas renouveler leur contrat après trois ans. Sans doute le fait que les paies n’ont pas augmenté depuis 2012 (alors que l’inflation a été de 44% sur la période) se révèle une bonne raison de chercher du travail ailleurs. Qui plus est, les terrains dangereux, en Ukraine orientale et en Syrie, ont augmenté les probabilités de blessures voire de mort. Le fait que le conflit d’Ukraine orientale est nié a vraisemblablement un effet supplémentaire sur la baisse d’attractivité de l’Armée, nombre de morts ayant été enterrés «en secret», sans qu’aucune explication ne soit donnée à leurs familles.

Il est vrai aussi que l’évolution démographique de la Russie réduit aujourd’hui le nombre de jeunes hommes incorporables. A.Golts estime les effectifs des Forces armées russes à environ 850.000 hommes, dont 250.000 conscrits et 220.000 officiers, ce qui est largement inférieur à l’objectif annoncé par le Président de 1,13 million d’hommes.

Dépêche publiée le 04/11/2017

Zone : Russie







 
Pologne: se libérer du gaz russe à partir de 2022
19/11/2017
Roumanie: le ministre de la Justice tenu de s’expliquer sur l’application de la loi d’amnistie
19/11/2017
Bulgarie: la Commission de surveillance financière gagne en indépendance
17/11/2017
Lituanie: adoption de la loi Magnitski
16/11/2017
Bosnie-Herzégovine: Mustafa Cerić renonce à se présenter à l’élection présidentielle de 2018
12/11/2017
Rail Baltica: la Finlande s’intéresse au projet d’interconnexion ferroviaire balte
11/11/2017
Roumanie: révélations compromettantes d'un ancien officier supérieur du Service de renseignement intérieur
05/11/2017
 
Droits de reproduction et de diffusion réservés Regard sur l'Est 2017 / ISSN 2102-6017